logo du site

N°8

L’homme by S

8, place aux herbes 83300 Draguignan

Activité

Salon de coiffure homme.

Contacter l’artisan

Tél : 06 64 87 13 09

Chaussures « Bozabalian »

Le marchand de chaussures Mr Mirham BOZABALIAN, à l’enseigne BOZA. Il y eu début décembre 1933 un incendie qui ravagea la petite boutique. L’intervention rapide des pompiers permit néanmoins de maîtriser rondement le sinistre. Le 12 décembre, ce commerçant lança une grande vente des chaussures récupérées: 

“Vente avec un rabais de 50% !  Modèles de luxe pour hommes et dames pour la somme de 29 Francs et 19 Francs la paire pour enfants ”. Des soldes avant l’heure…

Liqueurs Meissonnier

Le commerce du liquoriste Niçois Meissonnier était spécialisé dans la vente et la confection de liqueurs à base de fruits, rhizomes, graines et marc de vin. Avec un alambic, l’artisan utilisait un procédé appelé distillation : cette technique ancestrale permets d’évaporer et de condenser l’élixir.
L’artisan devait récolter, sélectionner et transformer ce précieux liquide aux arômes parfumés.
Autrefois on lui attribuait même des vertus médicinales.

N°8 Maison Gal

Giraud de Valaury met les voiles

Deux noms seulement émergent parmi la liste des obscurs propriétaires:

Le premier est Jean Chabran, ecclésiastique Dracénois, parvenu à la dignité de chanoine d’une des églises de Marseille, en 1793.

Puis vint Antoine François de Giraud de Valaury  (Giraud d’Agay), né en 1732, l’un des 15 ou 16 enfants d’un capitaine garde-côte, qui devint lui-même capitaine de vaisseau de la marine royale, et chevalier de Saint Louis.

Rentré à Draguignan en 1774, il fut élu, malgré lui, auditeur des Comptes.

En 1789, il s’opposa au maire-premier consul Marc Antoine Jordany, avocat élu par le Tiers, à qui il reprochait des achats coûteux de blé et des reventes au rabais. « La tranquillité règne dans la ville, malgré les efforts du sieur Giraud de Valaury pour ameuter la population » écrivit Jordany à l’Intendant.

Giraud de Valaury choisit d’émigrer pour quelques temps, puis s’installa sur Aix en Provence où il décéda en  1808.   

Sources: Frédéric Mireur, les rues de Draguignan et leurs maisons historiques.

Pour plus d’informations sur les Giraud d’Agay , Fréderic d’Agay nous éclaire largement, par le biais de la remarquable revue “freinet, pays des maures”.

https://www.conservatoiredufreinet.org/massif-maures/uploads/2020/07/REVUE-9-fiefs-Dagay.pdf