logo du site

N°1

Chez Loua

1 Rue des Marchands, 83300 Draguignan

Activité

Snack

Chez Loua, sur place ou à emporter ,découvrez sans plus attendre les plats traditionnels marocain ,dans un cadre chaleureux : couscous ,tajine , mais aussi street food sandwiches, brunch salé, Burgers maison, buckets chickens ainsi que de nombreux gâteaux marocains.

Chez loua est ouvert le mardi –mercredi-jeudi de 9h30 à 16h00, Le vendredi et samedi de 9h30 à 15h00 et de 18 h00 à 21h00, le dimanche de 9h00 à 14h00.

Contacter l’artisan

Tél : 04 98 10 96 67

Portable : 06 98 28 58 80

Facebook : https://www.facebook.com/Chez-loua-346586722909261/

Bar La Rotonde

Encore un petit univers disparu, situé à l’angle de la rue des marchands et de la rue de trans ainsi que sur une partie de l’ancien hôpital saint Jacques, ce bar avait la réputation d’être l’un des établissements les plus pittoresques de la ville. Tenu par un certain César Piffaretti, patron des lieux, il accueille une clientèle bigarrée, essentiellement masculine comme il se doit, où les conversations vont bon train.

Les distractions étaient simples: Belote, Manille et quelquefois échecs.

Le parfum d’anis des boissons Ricard ou Pernod supplantait les senteurs des herbes vendues sur la place…

On y boit l’absinthe, accompagnée de glace pilée, à la fin du 19ème et jusqu’au années 20. Cette précieuse mixture glacée, venue généralement du haut Var, près de Comps sur Artuby  est produite quasi industriellement par la maison Callier-Degoy, sur Draguignan, également fournisseurs de boissons.

Le soir, les ouvriers s’y rejoignent pour prendre un apéritif bien mérité.

Cesar Piffaretti avait peint en gros caractères sur la façade de son établissement :

“C’est meilleur ici qu’en face”, message adressé à la pharmacie Reboul (située de l’autre coté du trottoir) qui avait répondu par une phrase peinte sur sa vitrine: “ Si vous ne voulez pas venir ici, n’allez pas en face.”

Sources Charles Clairici “Draguignan tome 1” et Georges Gayol “ C’était notre Draguignan”

Maison Granet

N°1 de la rue des Marchands maison Granet – N°1 maison Guérin rue du Piquet-Vieux

Ces deux maisons ont longtemps étaient réunies.

Son enclos jouxte au sud, côté rue de Trans, celui des dames de la Manarre, d’Hyères, qui lui s’allongeait jusqu’à l’extrémité de la rue.

La famille Pascal-Mercadier très présente dans l’histoire de cette rue s’établit ici en 1428.

Au XIVe siècle une des maisons est la propriété et la Boutique du notaire Pierre Magniol, et l’autre depuis au moins la fin du XIIIème siècle est l’hospitalité Saint-Jacques, il héberge les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le bâtiment est au début entouré d’un jardin, concession sur bail emphytéotique par l’Hôpital Saint-Jacques qui en était propriétaire.

Au début du XVIIème siècle un certain Antoine Magniol est propriétaire de la maison, l’histoire ne dit pas s’il est parent ou pas du notaire du XIIIème siècle.

Sur la porte d’entrée (XIXème siècle) on observera la grille d’imposte en fer forgé, proche de celle N°8 rue Cisson et 14 rue de Trans.

Sources: Fréderic Mireur.  » Les rues de Draguignan et leurs maisons historiques. »