logo du site

N°21

O Clair des Pierres

21 rue de Trans, 83300 Draguignan

Activité

Créatrice de bijoux micro macramé et pierres naturelles

Description

Créatrice passionnée et passionnante, Claire BIASETTO confectionne ses bijoux et déco en micro macramé et pierres naturelles.

O clair des pierres est une boutique d’art et d’artisanat, où vous trouverez des bijoux uniques et originaux.

Contacter l’artisan

Claire BIASETTO

Tél : 06 82 71 06 07

E-mail :oclairdespierres@gmail.com

Epicerie « Gastaldi »

Au N°21 se trouvait l’établissement Gastaldi, la rue de trans regorgeait de petites épiceries de quartier tenues par différentes familles, locales, italiennes ou arméniennes.

On poussait la porte d’entrée au petits carreaux fins et l’on y découvrait une atmosphère familière, où les odeurs d’épices et de bouillons cube se mélangeaient et diffusaient ce parfum si particulier. Sur les grandes étagères de bois brutes, trônaient fièrement toutes sortes de petites boîtes en fer. Des conserves Quick-lait, Nescao, des petits pâtés parfumés, aux grands bocaux de verres …

 

Tout à porté de panier, tout à porté de budget, mais surtout à proximité… On s’enchantait d’entrer chez son épicier!

Maison Saglietto

La maison des cris et des coups

Au XVIème siècle, la maison est habitée par Pierre Repaire, alors greffier, puis procureur, au caractère singulier et décrit comme violent. Pour annecdote, il est poursuivi en Justice par dame Barbossi, la propre femme du Juge Royal, pour insultes:

« Sortant de l’église de l’Observance, il avait croisé cette digne femme et sa fille qui s’y rendaient à la messe, et ne les avait pas salué : « Tu y aurias ben trop d’honnour de m’y levar lou bonnet ? » lui dit la dame. A quoi Repaire aurait répliqué : « La febre cartana, mounine ! » (Que la fièvre quarte t’emporte, guenon !). Cela finira au tribunal.  »

Au XVIIème siècle, ce sont les de Grasse-Sartoux une des plus anciennes et illustres maisons de Provence qui occupent les lieux, dont Gaspard fils du baron de Bormes.

Cette maison possède un patio qui permet une communication entre les maisons, lors de la Fronde.

Sources:  Frédéric Mireur, “Les rues de Draguignan et leurs maisons historiques”