logo du site

N°30

Kfé Inventé

n° 30 rue de trans, 83300 Draguignan

Activité

Café associatif

Description

Installé rue de Trans, le « Kfé inventé », établissement associatif, propose bien plus que des tarifs. Entraide et ouverture d’esprit sont les maîtres-mots des bénévoles qui font vivre le lieu.

Le café associatif « le café Inventé » fonctionne pour et avec les adhérents sur le principe du cercle privé. L’adhésion est ouverte à tous, obligatoire et à prix libre. Les activités proposées sont le plus souvent sur donation.

Un bar associatif, une programmation culturelle tous azimuts, des activités ludiques, une vie de quartier, des produits locaux et/ou bio, des rencontres…

Création du café associatif en Avril 2018.

Bières artisanales, vins du pays, café et chocolat, jus de fruits bio, sirop et limonade…

Contacter l’artisan

Tél : 04 83 11 22 74

E-mail : cafe-invente@emailasso.net

Site web : http://cafe-invente.org/

Ancien artisan

Chevillard

Guenon

Le chevillard Lyonnais Guenon, ( à la place de l’actuel “Café inventé”). Dans le domaine de la boucherie, un chevillard est un grossiste habilité à abattre des bêtes. Il revend ensuite la viande à des bouchers détaillants.
Il avait une remise située à l’arrière de sa boucherie qui ouvrait directement dans la rue des jardins. Un garçon d’écurie accompagnait les bœufs aux abattoirs.
Julien Gaymard prend la suite avant de céder son local à Marcel Camburet.

Le saviez vous ?

Le Boucher

le métier de boucher au moyen- âge.

Premiers commerçants vraiment capitalistes, cette corporation formait une caste spéciale de la bourgeoisie; on pouvait dire qu’elle en était distincte et elle a été, avec les drapiers et les gens de loi, la plus féconde des souches. 

Certains possédaient des fortunes énormes en biens de toutes sortes, dont les inventaires notariés laissent rêveur. Ils investissaient beaucoup d’argent dans l’achat des bêtes qu’ensuite ils débitaient.

À côté d’eux, les autres professionnels de l’alimentation n’étaient guère que  des gagne-petit. Le droit d’être reçu maître boucher appartient exclusivement aux héritiers de ces quelques familles, à condition qu’ils aient sept ans et un jour. Ces hommes d’affaires avaient, pour l’abattage et la vente des bêtes, des chevillards(faisant partie de la communauté juive méridionale)et des comptables. Certains faisaient venir des troupeaux de très loin, et ainsi, jusqu’en 1498, les bouchers marseillais, constitués en associations coopératives, eurent le monopole de l’est du Massif central, d’où provenaient les milliers de moutons, restant la viande du peuple par excellence, du fait de son bas prix.